Dites « le » avec des fleurs…

Elles distillent la diversité de leurs parfums , elles accompagnent les morts et les vivants, elles prêtent leur nom aux révolutions, elles évoquent, au printemps, la renaissance… Les fleurs parlent aux humains sur tous les tons : de la violette au lotus, du myosotis au lys, de la jonquille à l’anémone de mer, de la rose au nénuphar, elles ont envahi la littérature, les boutonnières et les lieux de culte. Pour nous dire quoi ?
Pour nous « le » dire.
Dès qu’on « le » désigne, il s’enfuit : caché dans une amourette, une aventure d’un jour, une promesse de toujours, il nous poursuit autant que nous le poursuivons . Nous lui courons après autant qu’il fait courir le monde . Il tresse dans les prés la couronne fleurie des paysannes et forge semblablement celle des reines.
Humble et ambitieux, il fascine les cœurs, les corps et les esprits : éros, agape, bienveillance, amitié, solidarité, fraternité… il se pare de tous nos désirs pour nous entraîner vers un rêve aussi ancien que notre humanité : celui de la concorde.
Essayons de nous « le » dire, de « le » réaliser, de « le » rendre présent.
Puisse le langage discret ou ardent des fleurs de la St-Valentin nous rappeler que l’harmonie de notre planète est à sauvegarder, avec l’égale préoccupation de ne pas enlaidir l’amour et de ne pas polluer le sol qui fait germer tant de beauté.

 

stval01 stval02